Traductions partielles d'articles récemment publiés sur le thème de la prévention de la maladie d'Alzheimer, 2020

Publications scientifiques intéressantes en gériatrie et psychogériatrie

Le présent écrit est une traduction partielle des articles :
  • Livingston G, Huntley J, Sommerlad A, Ames D, Ballard C, Banerjee S, Brayne C, Burns A, Cohen-Mansfield J, Cooper C, Costafreda SG, Dias A, Fox N, Gitlin LN, Howard R, Kales HC, Kivimäki M, Larson EB, Ogunniyi A, Orgeta V, Ritchie K, Rockwood K, Sampson EL, Samus Q, Schneider LS, Selbæk G, Teri L, Mukadam N. Dementia prevention, intervention, and care: 2020 report of the Lancet Commission. Lancet 2020. Published Online July 30, 2020. doi: 10.1016/S0140-6736(20)30367-6.
  • Yu JT, Xu W, Tan CC, Andrieu S, Suckling J, Evangelou E, Pan A, Zhang C, Jia J, Feng L, Kua EH, Wang YJ, Wang HF, Tan MS, Li JQ, Hou XH, Wan Y, Tan L, Mok V, Tan L, Dong Q, Touchon J, Serge G, Aisen PS, Vellas B. Evidence-based prevention of Alzheimer's disease: systematic review and meta-analysis of 243 observational prospective studies and 153 randomised controlled trials. J Neurol Neurosurg Psychiatry. 2020 Jul 20:jnnp-2019-321913. doi: 10.1136/jnnp-2019-321913. PMID: 32690803
  • Ismail Z, Black SE, Camicioli R, Chertkow H, Herrmann N, Laforce R, Montero-Odasso M, Rockwood K, Rosa-Neto P, Seitz D, Sivananthan S, Smith EE, Soucy JP, Vedel I, Gauthier S, CCCDTD5 participants. Recommendations of the 5th Canadian Consensus Conference on the diagnosis and treatment of dementia. Alzheimers Dement. 2020 Jul 29. doi: 10.1002/alz.12105. PMID: 32725777

Messages clé 

  • Trois nouveaux facteurs de risque modifiables de démence
  • De nouvelles preuves appuient l'ajout de trois facteurs de risque modifiables - consommation excessive d'alcool, traumatisme crânien et pollution de l'air - à notre Commission Lancet sur la prévention, l'intervention et les soins de la démence de 2017, comprenant neuf facteurs (moins d'éducation, hypertension, déficience auditive, tabagisme, obésité, dépression, sédentarité, diabète et contacts sociaux peu fréquents).
  • La modification de 12 facteurs de risque pourrait prévenir ou retarder jusqu'à 40% des démences.
  • Être ambitieux en matière de prévention
  • La prévention concerne les populations et les individus. Les contributions au risque et à l'atténuation de la démence commencent tôt et se poursuivent tout au long de la vie, il n'est donc jamais trop tôt ou trop tard. Ces actions nécessitent à la fois des programmes de santé publique et des interventions adaptées individuellement. En plus des stratégies démographiques, la politique devrait viser les groupes à haut risque pour accroître l'activité sociale, cognitive et physique ; et la santé vasculaire.
  • Actions spécifiques pour les facteurs de risque tout au long de la vie
  • Viser à maintenir une tension artérielle systolique de 130 mm Hg ou moins à l'âge de 40 ans environ (le traitement antihypertenseur de l'hypertension est le seul médicament préventif efficace connu pour la démence).
  • Encouragez l'utilisation d'appareils auditifs pour la perte auditive et réduisez la perte auditive en protégeant les oreilles contre une exposition excessive au bruit.
  • Réduisez l'exposition à la pollution atmosphérique et au tabagisme passif.
  • Évitez les blessures à la tête.
  • Limitez la consommation d'alcool, car l'abus d'alcool et la consommation de plus de 21 unités [1] par semaine augmentent le risque de démence.
  • Évitez de fumer et encouragez l'arrêt du tabac, car cela réduit le risque de démence même plus tard dans la vie.
  • Fournir à tous les enfants une éducation primaire et secondaire.
  • Réduire l'obésité et les comorbidités associées du diabète. Maintenir au milieu de la vie, et peut-être plus tard, l'activité physique.
  • S'attaquer aux autres facteurs de risque connus de démence, comme le sommeil, grâce à des interventions sur le mode de vie, améliorera la santé générale.
  • Lutter contre les inégalités et protéger les personnes atteintes de démence
  • De nombreux facteurs de risque se regroupent autour des inégalités, qui se produisent en particulier dans les groupes ethniques noirs, asiatiques et minoritaires et dans les populations vulnérables. S'attaquer à ces facteurs impliquera non seulement la promotion de la santé mais aussi une action sociétale pour améliorer les conditions de vie. Les exemples incluent la création d'environnements qui ont l'activité physique comme norme, la réduction du profil de la population de la pression artérielle qui augmente avec l'âge grâce à de meilleurs modèles de nutrition et la réduction de l'exposition potentielle excessive au bruit.
  • La démence augmente davantage dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire que dans les pays à revenu élevé, en raison du vieillissement de la population et de la fréquence plus élevée des facteurs de risque potentiellement modifiables. Les interventions préventives pourraient produire les plus grandes réductions de la démence dans ces pays.

Recommandations pour les personnes atteintes de démence 

  • Fournir des soins post-diagnostiques holistiques
  • Les soins post-diagnostiques pour les personnes atteintes de démence devraient porter sur la santé physique et mentale, l'accompagnement social et le soutien. La plupart des personnes atteintes de démence souffrent d'autres maladies et pourraient avoir du mal à prendre soin de leur santé, ce qui pourrait entraîner des hospitalisations potentiellement évitables.
  • Gérer les symptômes neuropsychiatriques
  • Les interventions spécifiques portant sur plusieurs composants diminuent les symptômes neuropsychiatriques chez les personnes atteintes de démence et sont les traitements de choix. Les médicaments psychotropes sont souvent inefficaces et peuvent avoir des effets indésirables graves.
  • Prendre soin des aidants familiaux
  • Les interventions spécifiques destinées aux aidants familiaux ont des effets durables sur les symptômes de dépression et d'anxiété, améliorent la qualité de vie, sont rentables et peuvent permettre d'économiser de l'argent.

Stratégies recommandées pour la réduction du risque de démence

Les risques sont particulièrement élevés dans les populations socialement défavorisées, notamment dans les groupes ethniques noirs, asiatiques et minoritaires.

À l'échelle de la population

  • Donner la priorité à l'éducation de la petite enfance pour tous, dans le monde
  • Mettre en œuvre des politiques sociales de santé publique qui réduisent le risque d'hypertension dans l'ensemble de la population
  • Élaborer des politiques qui encouragent l'activité sociale, cognitive et physique tout au long de la vie pour tous (sans aucune preuve que des activités spécifiques soient plus protectrices)
  • Examiner les risques de perte auditive tout au long de la vie, pour réduire le risque d'exposition à ce facteur de risque
  • Réduire le risque de traumatisme cérébral grave dans les contextes appropriés, y compris au travail et dans les transports
  • Politiques nationales et internationales pour réduire l'exposition de la population à la pollution atmosphérique
  • Continuer à renforcer les efforts nationaux et internationaux pour réduire l'exposition au tabagisme, à la fois pour les enfants et les adultes, et pour en réduire l'utilisation et encourager le sevrage

Stratégies ciblées sur les individus

  • Traiter l'hypertension et viser une pression artérielle systolique <130 mm Hg à la quarantaine
  • Utiliser des prothèses auditives pour la perte auditive ; nous devons aider les gens à porter des appareils auditifs car beaucoup les trouvent inacceptables, trop difficiles à utiliser ou inefficaces
  • Évitez ou découragez de boire 21 unités d'alcool [1] ou plus par semaine
  • Prévenir les traumatismes crâniens lorsqu'un individu est à haut risque
  • Arrêter de fumer est bénéfique quel que soit l'âge
  • Réduire l'obésité et les comorbidités liées au diabète par une alimentation saine et un environnement propice à la mobilité
  • Maintenir une activité physique en milieu de vie et possiblement jusqu'au plus tard de la vie

Lien vers l'article

Contexte : Les preuves sur la prévention de la maladie d'Alzheimer (MA) sont difficiles à interpréter en raison de la diversité des plans d'étude avec des critères d'évaluation hétérogènes et de leur crédibilité. Nous avons effectué une revue systématique et une méta-analyse des preuves actuelles avec des conceptions prospectives pour proposer des suggestions fondées sur des preuves sur la prévention de la MA.

Méthodes : Les bases de données électroniques et les sites Web pertinents ont été consultés du début au 1er mars 2019. Des études prospectives observationnelles (EPO) et des essais contrôlés randomisés (ECR) ont été inclus. Les estimations des effets ajustés à plusieurs variables ont été regroupées par des modèles à effets aléatoires, avec une évaluation de la crédibilité en fonction du risque de biais, d'incohérence et d'imprécision. Les niveaux de preuve et les catégories de suggestions ont été résumés.

Résultats : Un total de 44 676 rapports a été identifié, et 243 EPO et 153 ECR étaient éligibles pour une analyse après exclusion sur la base de critères prédéterminés, à partir desquels 104 facteurs modifiables et 11 interventions ont été inclus dans les méta-analyses. Vingt et une suggestions sont proposées sur la base des preuves consolidées, avec des suggestions de classe I ciblant 19 facteurs : 10 avec des preuves solides de niveau A (éducation, activité cognitive, indice de masse corporelle élevé dans la vie tardive, hyperhomocystéinémie, dépression, stress, diabète, traumatisme crânien, hypertension dans la quarantaine et hypotension orthostatique) et 9 avec des preuves de niveau B plus faibles (obésité du milieu de vie, perte de poids à la fin de la vie, exercice physique, tabagisme, sommeil, maladie cérébrovasculaire, fragilité, fibrillation auriculaire et vitamine C). En revanche, deux interventions ne sont pas recommandées: la thérapie de remplacement des œstrogènes (niveau A2) et les inhibiteurs de l'acétylcholinestérase (niveau B).

Interprétation : Des suggestions fondées sur des données probantes sont proposées, offrant aux cliniciens et aux intervenants des conseils à jour pour la prévention de la MA.

Lien vers l'article

Tableau 6 : Réduction des risques

Avec leur Grade [2] et le pourcentage obtenu au cours du processus Delphi.

Nutrition

1a. Nous recommandons l'adhésion à un régime méditerranéen pour diminuer le risque de déclin cognitif. 1B (91%)

1b. Nous recommandons une consommation élevée d'acides gras mono et polyinsaturés et une faible consommation d'acides gras saturés, afin de réduire le risque de déclin cognitif. 1B (92%)

1c. Nous recommandons d'augmenter la consommation de fruits et légumes. 1B (88%)

Exercice physique

2a. Nous recommandons des interventions d'activité physique d'intensité au moins modérée pour améliorer les résultats cognitifs chez les personnes âgées. 1B (96%)

2b. Nous recommandons des exercices d'aérobie et / ou de musculation d'intensité au moins modérée pour améliorer les résultats cognitifs chez les personnes âgées. 1B (94%)

2c. Il existe des preuves prometteuses que les interventions de danse et les exercices corps-esprit (par exemple, le Tai Chi, le Qigong) à dose modérée améliorent les résultats cognitifs chez les adultes plus âgés, mais les résultats d'essais plus importants et de haute qualité sont nécessaires. 2B (84%)

3a. Nous recommandons des interventions d'activité physique impliquant des exercices d'aérobie pour améliorer les résultats cognitifs chez les personnes ayant une déficience cognitive légère (MCI). 2B (94%)

3b. Nous recommandons l'exercice aérobie pour améliorer les résultats cognitifs chez les personnes atteintes de MCI. 2B (94%)

3c. Il existe des preuves prometteuses pour recommander l'entraînement en résistance et les exercices corps-esprit (p. Ex., Tai Chi, Qigong) pour améliorer les résultats cognitifs chez les personnes âgées atteintes de MCI, mais les résultats d'essais plus importants et de haute qualité sont nécessaires. 2C (83%)

4. Nous recommandons des interventions d'activité physique pour réduire le risque de démence, y compris la maladie d'Alzheimer et la démence vasculaire. 2B (96%)

Audition

5a. Les personnes souffrant de troubles cognitifs, de MCI ou de démence (et leur partenaire de soins, s'il y en a un) devraient être interrogées sur les symptômes de la perte auditive pour améliorer les résultats cognitifs et réduire leurs risques. Il est recommandé de demander aux personnes si elles ont des difficultés à entendre dans leur vie de tous les jours (plutôt que de demander si elles ont une perte auditive). 1B (93%)

5b. Si des symptômes de perte auditive sont signalés, la perte auditive doit être confirmée par une audiométrie effectuée par un audiologiste conforme aux recommandations pour la pratique de l'audiologie. Si elle est confirmée, une rééducation audiologique peut être recommandée. Cette rééducation peut inclure des conseils et des techniques comportementales, et peut inclure ou non l'utilisation d'une prothèse auditive ou d'un autre appareil. 1A (98%)

6. Nous recommandons de suivre les lignes directrices de 2019 de l'Organisation mondiale de la Santé pour la réduction du risque de déclin cognitif et de démence [3], comprenant : (a) examen audiologique et/ou examen otoscopique ; (b) l'examen des médicaments pour une ototoxicité potentielle ; c) aiguillage vers l'oto-rhino-laryngologie pour les personnes atteintes d'otite moyenne chronique ou qui échouent à l'otoscopie. 1A (93%)

Sommeil

7a. Un historique minutieux du sommeil, y compris une évaluation du temps de sommeil et des symptômes d'apnée du sommeil, doit être inclus dans l'évaluation de tout patient à risque de démence. Les patients chez lesquels une apnée du sommeil est suspectée doivent être référés pour une polysomnographie et/ou une consultation auprès d'un spécialiste du sommeil afin d'envisager un traitement. 1C (96%)

7b. Les adultes souffrant d'apnée du sommeil doivent être traités avec une pression positive continue des voies respiratoires (CPAP), ce qui peut améliorer la cognition et réduire le risque de démence. 1C (96%)

7c. Éviter une privation de sommeil sévère (<5 heures) et cibler 7 à 8 heures de sommeil par nuit peut améliorer la cognition et réduire le risque de démence. 1C (94%)

7d. Bien qu'associés à l'incidence de déclin cognitif et à la démence, les preuves sont insuffisantes pour recommander le traitement de l'insomnie, de la longue période de sommeil, des siestes diurnes, de la fragmentation du sommeil, de l'irrégularité circadienne ou de la phase circadienne anormale dans le but d'améliorer la cognition et de réduire le risque de démence. 3C (90%)

Entraînement cognitif et stimulation

8a. Nous recommandons que, lorsqu'il est accessible, un entraînement cognitif individuel basé sur ordinateur et en groupe, basé sur des données empiriques, soit proposé aux personnes à risque et à celles qui ont un diagnostic de déficience cognitive légère ou de démence légère. Nous recommandons des études supplémentaires pour optimiser la prestation efficace de la formation et l'évaluation de leur rentabilité. Aucun programme spécifique ne peut être approuvé pour le moment. 1B (83%)

8b. Nous recommandons que les individus soient avisés d'augmenter ou de maintenir leur engagement dans des activités stimulantes sur le plan cognitif telles que des passe-temps stimulants sur le plan cognitif, le bénévolat et l'apprentissage de longue durée. Aucune activité particulière ne peut être suggérée pour le moment, mais les données suggèrent qu'il est préférable de s'engager dans une variété d'activités stimulantes sur le plan cognitif (plutôt que dans une seule). 1C (96%)

Engagement social et éducation

9a. Nous recommandons de prêter attention aux circonstances sociales et aux soutiens tout au long de la vie, y compris les stratégies de réduction de la pauvreté et les opportunités d'engagement social. 1B (90%)

9b. Nous recommandons un soutien pour le niveau de scolarité, en particulier dans la petite enfance (1B), mais aussi pour les expériences éducatives continues au milieu et à la fin de la vie. 1C (98%)

Fragilité

10. Nous recommandons que les interventions pour gérer la fragilité soient utilisées pour réduire le fardeau global de la démence chez les personnes âgées. 1B (81%)

Médicaments

11a. L'exposition à des médicaments connus pour présenter des propriétés hautement anticholinergiques doit être minimisée chez les personnes âgées. Des médicaments alternatifs doivent être utilisés pour des indications spécifiques où des médicaments ayant des propriétés anticholinergiques sont indiqués (par exemple, dépression, douleur neuropathique, incontinence urinaire de type par impériosité). 1B (100%)

11b. Évaluation multidimensionnelle de la santé des personnes âgées, y compris l'utilisation de médicaments, dans le but d'identifier les problèmes de santé réversibles ou modifiables et de rationaliser l'utilisation des médicaments. 1B (92%)

Lien vers l'article

[1] 1 unité d'alcool = 10 ml ou 8 g d'alcool pur. Voir aussi le site d'Ameli et Alcool info service
[2] Guyatt GH, Oxman AD, Schünemann HJ, Tugwell P, Knottnerus A. GRADE guidelines: a new series of articles in the Journal of Clinical Epidemiology. J Clin Epidemiol. 2011 Apr;64(4):380-2. doi: 10.1016/j.jclinepi.2010.09.011. Epub 2010 Dec 24. PMID: 21185693
[3] . Risk Reduction of Cognitive Decline and Dementia: WHO Guidelines. Geneva : 2019. PMID: 31219687

Restez en contact




40e JASFGG