Repères pour la rédaction d’un mémoire pour un diplôme universitaire médical ou paramédical.

books-3322275_600.jpg

Version Date Historique des modifications
05 20 Oct 2021 Ajout de quelques conseils supplémentaires pour les questions à l‘expert
04 27 Sept 2021 Ajout de quelques conseils supplémentaires pour le diaporama
Ajout d’un plan dans cette même partie
03 19-21 Sept 2021 Ajout du chapitre : Quelques conseils pour l’écriture
Ajout d’un peu de bibliographie
02 18 Sept 2021 Nouvelle référence sur l’écriture pertinente
Ajout d’un chapitre pour l’aide à la rédaction de l’introduction
Ajout moteur de recherche :
- CINAHL
- EMBASE
- Cochrane
- Global health
Ajout guideline SCRIBE
Ajout du tableau d’historique
Ajout des outils antiplagiat
01 17 Sept 2021 Présentation initiale
17 Sept 2021 Première annonce : Ici
  • DM : Directeur ou Directrice de Mémoire
  • BU : Bibliothèque Universitaire

  • Vous ne trouverez aucun DM qui apprécie de travailler dans l’urgence.
  • Donc, planifier le travail sur l’ensemble de l’année universitaire.
  • Assurez-vous de respecter au mieux le planning en vous accordant le bénéfice d’une certaine flexibilité quand même.
  • Inspirez-vous de la méthode PICO ou SPICE pour mieux définir la problématique du mémoire.
  • Évitez les sujets trop larges ou ceux pour lesquels vous êtes déjà à l’aise. Si le mémoire se base sur une situation clinique, piochez dans les situations qui vous ont posé le plus de difficulté et qui sont en lien avec le thème du diplôme.
  • Toujours faire valider le sujet du mémoire par l’équipe pédagogique du diplôme avant de se lancer dans la suite du travail.
  • Cherchez un(e) professionnel(le)
    • Si possible proche de votre lieu d’exercice
    • Qui connaît la problématique et si possible le diplôme
    • Et tant qu’à faire, rompu à l’exercice…
    • Évitez vos supérieurs hiérarchiques
    • Regardez dans les publications sur le sujet, parmi les enseignants du diplôme et parmi les experts des référentiels sur votre sujet.
  • Profitez de l’occasion pour élargir votre réseau professionnel ou le renforcer.
  • Sollicitez les professionnels l’un après l’autre à mesure d’éventuels refus (une à la fois au lieu de 10 personnes d’un coup).
  • Envoyez un courriel dans lequel vous vous présentez ainsi que le diplôme, le sujet et la date limite de rendu.
    • Bonjour Mr/Dr/Pr xxxxx
      Dans le cadre du diplôme universitaire de xxx du Pr/Dr xxx à l’université de xxx, je prépare un mémoire sur le thème de xxx. Le titre exact est (ou n’est pas encore) validé par l’équipe pédagogique.
      Titre provisoire : (si validé mettre le titre ici.)
      La date limite est fixée aux alentours de xxx 20xx. (J’ai déjà commencé le travail / Je souhaite débuter le travail après une courte entrevue.)
      J’exerce en tant que (profession) (lieu d’exercice) et apprécierais de pouvoir mener à bien ce travail sous votre direction (ou supervision si vous préférez).
      Dans l’attente de votre réponse,
      Cordialement/Respectueusement
      (Signature).
  • Vous pouvez aussi trouver quelqu’un à la faveur d’un congrès, d’une journée de formation, etc.
  • Lorsque quelqu’un accepte
    • Assurez-vous de sa disponibilité générale pour vous accompagner.
    • Annoncez votre préplanification pour limiter les conflits de calendrier (disponibilités / indisponibilités)
    • Transmettez l’ensemble des documents du diplôme concernant le mémoire (plan imposé, taille, présentation, etc.).
    • Accordez-vous ensemble sur le format de fichier à transmettre pour les relectures. Souvent le format PDF est préférable. Pour LibreOffice, l’exportation en PDF est très simple.
    • Prévoyez ensemble les modalités de rencontre (visio, courriel, restau, etc.) +/- un calendrier.
  • Si vous communiquez par visio
    • Assurez-vous d’avoir un microphone et une webcam fonctionnels avant de démarrer la visio. Faites un test avec un ami-qui-est-sympa avant.
    • Installez-vous dans une pièce au calme et suffisamment lumineuse.
    • JITSI est un logiciel libre, sécurisé de bout en bout, particulièrement adapté aux visios à moins de 10 personnes. Une interface web permet de communiquer sans installer d’application. Sinon les applicatifs sont disponibles pour l’ensemble des systèmes d’exploitation gratuitement.
  • Prenez connaissance des documents qui vous sont transmis en début de diplôme qui concerne le mémoire.
  • Essayez d’y trouver le fil général sur lequel votre travail sera apprécié. À ce stade, vous pouvez demander de l’aide à votre DM.
  • Préparez le plan !
  • Rien d’autre que le plan !
  • ⇒ Réfléchissez à la structure de chaque partie.
  • ⇒ Il est attendu de trouver des titres et sous-titres cohérents et numérotés.
  • Envisagez de travailler à l’aide de cartes heuristiques.
  • XMind est un logiciel open source, gratuit pour l’édition de quelques cartes et accessible via votre navigateur internet ou en application locale installée.
  • Vous pouvez travailler par morceaux de 20 à 40 minutes ou par pavés de plusieurs heures. Les cartes heuristiques sont prévues pour cela.
  • Récupérez un maximum d’information sur la situation clinique et colligez l’ensemble dans un classeur spécifique.
  • Vous pouvez trouver de l’inspiration et quelques recommandations en suivant ces références [1,2,3,4]
  • Suivez un plan !
  • Encore et toujours un plan !
  • ⇒ Assurez-vous d’avoir un plan bien établi et revu avec le DM.
  • Lisez le paragraphe « Finaliser le mémoire » pour mettre d’emblée le texte au format demandé (police, taille, interligne, etc.).
  • Limitez systématiquement la longueur des phrases à 45 mots.
  • Il semble préférable de travailler sur de plus longues durées (2 heures d’affilée par exemple) plutôt qu’en rafale de courtes périodes.
  • Suivez votre carte heuristique à la lettre.
  • Pour demander une relecture, mettre systématiquement le texte en double interligne avec des marges généreuses. Numérotez les pages (et si possible les lignes, avec Libre Office c’est facile).
  • Pour les références : il est attendu que les références sont appelées directement dans le texte par un chiffre entre crochets, par exemple : [1]. Les références sont numérotées dans l’ordre d’apparition dans le texte et vous pouvez rappeler les références avec le même numéro tout au long du mémoire. De fait, si vous voulez éviter d’avoir à renuméroter les notes à la fin, prévoyez d’utiliser les fonctions spécifiques des logiciels de traitement de texte. Lire ceci par exemple pour LibreOffice.
  • Vérifiez votre texte avec des outils antiplagiat (et annoncez-le à votre DM). Si vous ne le faites pas, quelqu’un d’autre le fera pour vous (et en général il/elle préfère éviter de le faire à votre place).
  • Il convient de bien distinguer ici, la citation d’un contenu (avec sa référence) et le plagiat pur et simple. La citation comprend quelques lignes maximums. Le lecteur est averti (entre parenthèses ou simplement très courte) et la référence est systématiquement ajoutée à la suite. Le plagiat correspond à une grande quantité de texte que l’auteur essaie de faire passer à son crédit. Citer est autorisé (sous réserve d’une quantité totale raisonnable), plagier non.
  • Exemple, cette page, le 18 septembre 2021, affichait, après 1 heure de moulinage, sur SEO Tools. Vérifiez vous-même.

  • Conseils inspirés de ces références [1,2,3,4]
  • Évitez les pièges courants
    • Fautes de frappe, d’orthographe ou de grammaire
    • Enchaînement de phrases sans logique apparente
    • Phrases longues ou difficiles à comprendre en lecture rapide
    • Commencer une phrase par un chiffre (dans ce cas, écrivez-le en lettres)
    • Les participes présents, gérondifs et adjectifs verbaux alourdissent le texte sans, à chaque fois, apporter d’information pertinente. Passez en mode actif.
      • Exemple (basé sur Stephen King, Écritures [5]) : Marchant vers sa femme, il attrapa furieusement un marteau et brutalement frappa, riant comme un fou, à plusieurs reprises sur la tête de la bête s’échappant de la pièce.
      • Il s’élança vers sa femme, empoigna un marteau et martela le crâne de la bête qui tentait de s’échapper. Le rire sordide qui accompagnait chaque bruit d’os fracassé résonne encore dans la pièce.
    • L’utilisation des verbes : falloir, devoir et exiger sont imprudents dans un texte de ce style. Vous appartient-il d’exiger ou d’établir une recommandation absolue ?
    • Les formulations négatives complexifient la lecture. Les doubles négations agacent. Devant l’exploit d’une triple négation dans la même phrase, le lecteur renvoie le texte sans aller au-delà.
    • Vérifiez les répétitions et limitez-les.
  • Privilégiez
    • Un langage simple et direct
    • Annoncez vos abréviations dans le texte lors de leur première apparition et avant de les utiliser. Exemple : « En court séjour gériatrique (CSG)… ».
    • Réduire la longueur des phrases (top lisibilité aux alentours de 20 mots, un maximum de 45 mots, au-delà interrogez-vous sur le contenu de la phrase).
    • Les argumentaires sont regroupés par paragraphes. La première phrase d’un paragraphe est une forme de présentation de l’argumentaire à suivre. À la limite, le lecteur pourrait s’arrêter à cette phrase et comprendre votre cheminement. La dernière est une sorte de conclusion succincte.
    • Privilégiez les formulations positives et actives.
    • L’harmonie du style et de la présentation du texte sur l’ensemble du mémoire.
    • Restez humble ! Dans l’ensemble de vos écrits et lors de la lecture des retours de relecteurs.
    • Utilisez des logiciels d’aide à la rédaction simples.
    • Utilisez des logiciels distraction free (sans distraction).
  • Avant d’envoyer un document, vérifiez l’orthographe et la grammaire à l’aide de correcteurs automatiques.
  • Plutôt que d’envoyer des documents préparatoires de notes en mode brouillon, posez des questions à votre DM et adressez-lui les documents parties par parties.
  • Sollicitez le DM dès que vous bloquez sur une partie. Il vous guidera pour surmonter ce blocage.
    • Page blanche ? ⇒ allo DM
    • Je n’avance pas ? ⇒ allo DM
    • Perdu dans le mémoire ? ⇒ allo DM
    • Planning dépassé ? ⇒ allo DM
  • Il/elle ne peut rien pour vous
    • Problème de logiciel ⇒ allo l’informaticien (ou l’ami-qui-s’y-connait)
    • Problème avec le matériel informatique ⇒ allo informaticien (ou l’ami-qui-s’y-connait-et-qui-décroche-son-téléphone)
  • Essayez de regrouper les sollicitations pour éviter de flooder de courriel le DM ou demandez un entretien.
  • Trois paragraphes suffisent [1].
  • Paragraphe 1 :
    • Donner un contexte au problème
    • Mettez une touche d’épidémiologie +++
  • Paragraphe 2 :
    • Repérer une lacune dans les connaissances
    • ou
    • Repérer la pertinence de vos interrogations au sein de votre pratique
  • Paragraphe 3 :
    • Introduisez votre plan de travail
    • Suivez le plan de votre mémoire c’est tout, rien de plus.
  • Restez concis.
  • Vous pouvez vous présenter succinctement dans le premier ou le second paragraphe. Si vous souhaitez transmettre des informations relatives à votre lieu d’exercice, préférez les ajouter aux annexes.

  • Pour un mémoire de gériatrie, ou une surspécificité (cardiogériatrie, psychogériatrie, etc.)
    • L’âge attendu est supérieur à 75 ans
    • et la complexité du cas est représentative d’une réflexion gériatrique.
  • Dans tous les cas, avant de commencer, faites valider votre situation clinique par votre DM ainsi que par l’équipe pédagogique du diplôme.
  • Pour les médecins, la présentation d’un cas clinique (sauf mention spécifique) suit +/- le guideline CARE [6].
  • Pour les paramédicaux, ce guideline peut être un peu trop étoffé, bien qu’il garde une certaine utilité.
  • En neuropsychologie, vous pouvez suivre le guideline SCRIBE [7].
  • Faîtes preuve d’audace ! Les experts sont souvent très sympas et très contents de parler de leur domaine de prédilection.
  • Pour les questions à l’expert, allez-y franco : 10-15 questions. Et vérifiez ensuite avec votre DM.
  • Contactez l’expert avec un mail agréable et court.
  • Transmettez-lui un résumé d’une page A4 double interligne de votre situation clinique à laquelle vous ajouterez vos questions.
  • Prévoyez de la flexibilité pour récolter les réponses : téléphone, visio, mail, courrier…
  • Conseil de farceur : en dernière question, demandez à l’expert si vous avez pu omettre des interrogations intéressantes/pertinentes qu’il aurait aimé que vous lui posiez et posez les lui ! Prévoyez ce temps d’échange plus ou moins libre.
  • Français préférentiellement
  • Sans négliger l’international
  • La recherche bibliographique suppose plusieurs étapes :
    • Sélectionner les moteurs de recherche
    • Établir les mots clés de recherche spécifiques aux moteurs choisis.
    • Prendre l’avis du DM.
  • Voici quelques moteurs et leurs spécificités (très générales)
    • PubMed : publications médico-scientifiques, utilise les mots clés MeSH. Accès libre.
    • SCOPUS : publications médico-scientifiques, base très large. Accès BU. Plusieurs bases de mots clés.
    • EMBASE : publications médicales et biomédicales. Meilleure couverture des publications européennes. Accès BU.
    • Cochrane Database of Systematic Reviews : recherche accessible depuis PubMed. À explorer sur votre sujet ! Toujours vérifier les publications Cochrane sur le sujet de votre mémoire.
    • Global Health : publications en santé publique. Accès BU.
    • PsycInfo de l’American Psychological Association : plus spécifique aux questions psychologiques. Accès via BU.
    • CINAHL : pour les soins infirmiers. Accès BU.
    • CAIRN : pour les publications de sciences humaines et sociales. Accès libre.
    • Web of Science : base multidisciplinaire. Accès BU. English only.
    • Google Scholar : multidisciplinaire. Accès libre.
  • Sélectionnez les références selon leur niveau de preuve.

D’après HAS, 2000 (au passage, exemple permettant de distinguer le plagiat de la citation)

NIVEAU DE PREUVE SCIENTIFIQUE FOURNI PAR LA LITTÉRATURE GRADE DES RECOMMANDATIONS
Niveau 1
- Essais comparatifs randomisés de forte puissance
- Méta-analyse d’essais comparatifs randomisés
- Analyse de décision basée sur des études bien menées
A
Preuve scientifique établie
Niveau 2
- Essais comparatifs randomisés de faible puissance
- Études comparatives non randomisées bien menées
- Études de cohorte
B
Présomption scientifique
Niveau 3
- Études cas-témoin

Niveau 4
- Études comparatives comportant des biais importants
- Études rétrospectives
- Séries de cas
- Études épidémiologiques descriptives (transversale, longitudinale)
C
Faible niveau de preuve scientifique
  • Lorsqu’il vous est demandé de synthétiser votre réflexion et d’en tirer des enseignements sur votre pratique, discutez avec votre DM du plan à suivre.
  • Si le mémoire pose une question initiale, la conclusion y répond en synthétisant l’ensemble des parties argumentées du mémoire.
  • Gardez l’ordre du plan de votre mémoire et chapitre par chapitre, rédigez une phrase ou deux de conclusion. L’ensemble forme une bonne conclusion.
  • La dernière phrase de la conclusion du mémoire est sûrement la plus difficile à rédiger. Elle a pour but d’engager au maximum les lecteurs dans la recherche proposée. Ceci est un avis personnel.
  • Préférez un format unique et consensuel.
  • Le format Vancouver est majoritairement recommandé dans le monde des publications médicales et paramédicales [8,9].
  • Le format international est disponible ici et ici (en anglais).
  • Pour des documents traduits
    • Vous pouvez vous référez à votre moteur de recherche internet favori avec les termes : format citation bibliographique Vancouver
    • Ou visiter ce site.
  • Suivez simplement le plan du mémoire. Une à deux phrases par chapitres. 250-350 mots environ (sauf mention contraire de l’équipe pédagogique)
  • Aucun appel de bibliographie dans le résumé. Il est possible de citer des auteurs et les années de publication. Par exemple, « Jeremy Howick dans sa méta-analyse publiée en 2019… » sans appel de référence.
  • Rappelez qu’il s’agit d’un mémoire, le nom du diplôme, l’année universitaire en cours et les référents du diplôme.
  • Interrogez votre DM.
  • Base de données des méta-termes MeSH
  • Les annexes ne sont ajoutées que si elles sont appelées dans le texte. Par exemple, entre parenthèses (Annexe 1).
  • Vous pouvez laisser libre cours à vos envies d’ajout de documents, tout en considérant que chaque annexe est censée apporter des éléments de compréhension ou d’information pertinents dans le cadre du sujet traité dans le mémoire.
  • Couleurs autorisées, photocopies aussi.
  • Votre DM s’attend à valider vos annexes quand même.
  • Quand tout est quasiment prêt, envoyez le document final au DM pour une « avant-dernière » relecture. Précisez-lui ce détail.
  • À partir de ce moment, surlignez en jaune vos nouvelles modifications afin que votre DM puisse se concentrer lors de l’ultime relecture sur les dernières modifications apportées. Il ne relira probablement pas une nouvelle fois l’ensemble du mémoire.
  • Ensuite, pensez à retirer les surlignages pour l’édition finale de votre document.
  • Il est peu probable que votre DM dispose d’un temps suffisant pour relire plusieurs fois l’intégralité de votre mémoire.
  • Une seule police de caractère lisible Times ou Times new roman sont parfaites. Taille : 12 points.
  • Deux couleurs uniquement : Noir et blanc. C’est tout.
  • Double interligne systématique.
  • Texte justifié.
  • Les chapitres commencent en début d’une page, donc ajouter des sauts de page avant.
  • Les titres de chapitres sont écrits en gras, dans une taille de police un peu plus élevée que le texte (14 points par exemple). Le texte est centré. Évitez de tout mettre en majuscule, c’est trop bruyant.
  • Tant que possible ajouter une Table des Matières. La fonction est souvent automatique si vous utilisez des styles spécifiques « Titre 1 », « Titre 2 », « Titre 3 » dans votre logiciel de traitement de texte. Exemple ici avec Libre Office. Veillez à la faire tenir sur une seule page.
  • Vérifier avec le correcteur automatique l’orthographe et la grammaire.
  • Vérifier la numérotation des références bibliographiques.
  • Ajouter vos déclarations de non-plagiat et de vos conflits d’intérêts au début du mémoire.
  • Numéroter les pages à partir de la seconde page (la page de couverture n’a pas besoin d’être numérotée).
  • Ajouter vos noms, titre de mémoire, année dans le bas de page de l’ensemble du document (sauf première page).
  • Si vous êtes amenés à transmettre une version papier, prévoyez plusieurs jours, car, bien souvent, l’imprimante n’est pas l’alliée de la dernière minute. Sinon, passez par un imprimeur en ligne ou une boîte à photocopie.
  • Vérifier toutes les pages (numérotation, bas de page, qualité d’impression de chaque feuille, etc.). Les jurys apprécient de pouvoir lire sans difficulté un mémoire papier.
  • Reliez le document avec un transparent à l’avant, et une feuille cartonnée en dernier. Ou en format livre.
  • En format PDF, vérifier toutes les pages, une à une.

22.1. Impératifs

  • Pensez au timing +++
  • Si vous disposez d’une présentation de 10 minutes, au terme de ce temps le jury mettra fin à votre présentation même si vous êtes au milieu d’une phrase. Évitez cette frustration de laisser non présentée la diapo de conclusion ! Ou pire, la moitié de votre diaporama.
  • ⇒ Tout faire pour respecter le timing
  • C’est surtout ce que vous allez dire qui est important. Les diapositives sont un support pour que l’auditoire ne s’endorme pas trop et parvienne à vous suivre.
  • Si vous écrivez des phrases entières, à quoi servez-vous ?
  • ⇒ L’important c’est vous et votre présentation orale

22.2. Quelques bases

  • Pour présenter un mémoire de fin d’études, quelques repères assez basiques (Voir aussi cette page)
    • Une seule police de caractère parfaitement lisible de loin pour toutes les diapositives. Arial, Helvetica ou League Gothic par exemple.
    • 1 diapo = 1 titre explicite + 4 lignes de 4 mots (ceci est un repère, pas une obligation)
    • 1 diapo = 1 titre + 1 illustration, max 2 (ceci est un repère, pas une obligation)
    • Tout est visible et lisible du fond de la salle (souvent là où se trouve le jury). Attention aux tableaux !
    • 1 diapo ainsi travaillée représente 1 à 1,5 minute
    • Retirez toutes les animations, le jury s’intéresse à votre exposé et les images/diapositives animées déconcentrent tout le monde. De fait, l’ensemble du texte apparaît d’un coup.
    • Aucun élément enfantin sur les diapos (les smileys et éléments d’humour ça peut passer, les chats non, les images pour enfant non plus).
    • Utilisez une iconographie que si celle-ci apporte une plus-value explicite à votre diapositive et au message que vous souhaitez transmettre. Dans ce cas, limitez au maximum le texte, car votre iconographie devra être suffisamment explicite pour que chacun puisse vous suivre. À la limite, choisissez entre texte et image. Attention, évitez de tomber dans le mode publicité où les diapositives présentent une iconographie fashion.
    • Le fond et les couleurs utilisées sont neutres, très neutres (pas de jaune fluo et rouge vif, vous ne présentez pas dans une grande surface le prix du sachet de chips). Le noir et blanc est une valeur sûre.
    • Suivez le plan de votre mémoire, ne réinventez pas la roue !

22.3. Commencez votre diaporama

  • Faîtes la première diapo avec votre nom, le titre, le diplôme, l’année, etc.
  • Ajouter une seconde diapos qui présente vos éventuels conflits d’intérêts et votre engagement de non-plagiat. Pas grand-chose à dire en présentant cette diapo.
  • Ensuite, faites une seule diapo pour chaque partie de votre mémoire. Une seule
  • Identifiez les éléments principaux de votre mémoire
  • Ajoutez des diapos dans les parties selon les éléments principaux identifiés.
  • Ensuite, retirez 20% des diapos, sans épurer le principal.
  • Pensez que parfois une image vaut tous les discours.
  • Continuez jusqu’à atteindre la “densité minimale efficace”.
  • De ce point, retirez au moins 10% du contenu (diapositive complète ou une partie), sans altérer la compréhensibilité immédiate de chaque diapositive.
  • Pensez que votre jury aura peut-être évalué 10 mémoires avant le vôtre lors de la journée. La fatigue est un élément à prendre en compte. En plus, ils ont lu votre mémoire !
  • Du coup, pensez à présenter votre perspective actuelle sur ce travail que vous aurez peut-être terminé depuis plusieurs mois. Présentez des ouvertures, des prolongations de votre travail, etc.

22.4. Testez vos diapositives et entraînez-vous

  • debout,
  • à côté de votre écran d’ordinateur (écran tourné vers l’endroit que vous regardez - si vous regardez vers le mur, l’écran est tourné vers le mur),
  • à voix haute et intelligible (les jurys sont parfois durs de la feuille et loin de vous, sans micro pensez à adapter votre niveau vocal),
  • sans précipitation et avec une énonciation correcte,
  • avec ou sans microphone ? Si vous soutenez avec un micro, entraînez-vous avec un micro. Dans ce cas, évitez les frottements, les craquements, les tapotements, le souffle directement sur la membrane, le larsen, les grésillements, etc. Attention aux sifflantes (s, sh, f) et aux explosives (p, t) qui donnent un aspect désagréable quand elles arrivent lourdement aux oreilles. L’idéal est de mettre la membrane du micro en dessous du menton ou au niveau du menton. Sinon, en cravate ou devant vous légèrement décalé (évitez de parler à 2 cm du micro).
  • avec un chronomètre,
  • seul(e) dans un premier temps,
  • dans une pièce au calme.
  • Notez les améliorations à apporter sans vous arrêter de présenter.
  • Quoi que vous fassiez, ralentissez le débit de parole.
  • Entraînez-vous !
  • Entraînez-vous !
  • Entraînez-vous !
  • Entraînez-vous !
  • Entraînez-vous !
  • Entraînez-vous !
  • Entraînez-vous une dernière fois cette fois devant quelqu’un (en vous filmant pour visualiser votre posture, votre attitude et vos tics à corriger) !
  • Corrigez ce qui doit l’être avec patience.
  • Entraînez-vous !
  • Entraînez-vous !
  • Entraînez-vous (en vous filmant pour visualiser votre posture, votre attitude et vos tics à corriger) !
  • Rédigez vos notes si cela vous aide.
  • Et pensez au timing +++

22.5. Préparez le fichier pour la soutenance

  • Une fois finalisé, transférez-le en PDF. Tous les ordinateurs sont équipés de lecteur de PDF qui fait mode plein écran et diaporama. Cela vous évitera d’arriver avec un diaporama dans un format de fichier incompatible avec le logiciel installé sur le poste de présentation. En plus, le PDF est totalement figé et présentera vos diapositives à l’identique, quels que soient le matériel et le logiciel utilisé (sous réserve de la compatibilité de version). Au moment de l’exportation en PDF, sélectionnez bien, « incorporer les polices de caractères ».
    • ⇒ Venez avec une clé USB contenant votre fichier source ET le PDF. Privilégiez le PDF.

22.6. Quelques exemples de diaporamas

  • qui ne respecte pas l’ensemble des remarques Ici en diaporama
  • qui respectent un peu mieux (ce sont des formations pas des soutenances de mémoire)
  • Le mémoire de fin de diplôme est une invitation à poursuivre vos efforts, à communiquer sur vos recherches et à vous rapprocher des professionnels de terrain aux centres d’intérêts communs aux vôtres.
  • Présentez votre mémoire dans un congrès. Un poster suffit.
  • Proposez à votre DM et à des membres de l’équipe pédagogique de transformer l’essai en rédigeant un article à publier.
  • Mettez en œuvre sur le terrain un projet spécifique inspiré de ce travail.
  • Initiez une recherche clinique sur le sujet, même simple.
  • Bref, si vous cherchez un cale-meuble, préférez un morceau de bois à votre mémoire.
  • Quelques exemples de mémoires que nous avons accompagnés ou nous-mêmes réalisés
    • Fondements et modalités d’une annonce diagnostique de maladie d’alzheimer (ou apparentée) lors d’une hospitalisation en court séjour gériatrique. 2019. Mémoire pour le DU géronto-psychiatrie Paris VI.
    • Accompagnement non médicamenteux des cris chez une personne âgée ayant des troubles cognitifs en EHPAD. 2021. Mémoire pour le DU géronto-psychiatrie Paris VI.
    • Place de l’aromathérapie chez la personne âgée vivant en institution dans les troubles géronto-psychiatriques. 2021. Mémoire pour le DU géronto-psychiatrie Paris VI.
    • Vers une approche systémique des troubles du comportement d’une personne présentant des troubles neurocognitifs évolués en EHPAD. 2021. Mémoire pour le DU géronto-psychiatrie Paris VI.
  • Quelques exemples de communications orales pour congrès que nous avons accompagnés ou nous-mêmes réalisés
    • Le score STRATIFY : Dépistage des sujets à risque de chute en EHPAD et long séjour. 2004.
    • Chutes et troubles cognitifs, l’expérience de la consultation de la chute du CHRU de Lille. Thèse et communication orale aux JASFGG. 2003, 2004.
    • Détection et gestion des interactions médicamenteuses à l’aide d’un outil open source. Présentation du projet FreeMedForms. Communication orale, Congrès Nationale des Professionnels de la Gériatrie. 2011.
    • FreeMedForms: an open EMR with management of drug-drug interactions and patient-drug interactions. An open source model. Maeker É et l’équipe de scientifique de FreeMedForms, Communication orale, Congrès International d’informatique, RMLL/LSM 2011.
    • FreeMedForms: Managing drug-drug interactions. An open source model. Maeker É (MD, France), Busser J (MD, Canada). Communication orale, anglais, congrès informatique européen, FOSDEM 2011.
    • FreeDDIManager: create and share your own set of drug interaction. Maeker É, RMLL/LSM 2014.
    • Annonce de diagnostic de maladie d’Alzheimer et Empathie. Maeker É, Maeker-Poquet B, Conférence atelier, 5e École D’été De Perfectionnement Sur Le Vieillissement, Canada, Juin 2021.
    • Confusion & COVID19 en gériatrie. Maeker É, Maeker-Poquet B, Conférence atelier, 5e École D’été De Perfectionnement Sur Le Vieillissement, Canada, Juin 2021.
[1] Ibrahim AM, Dimick JB. Chapter 9 - Writing for Impact: How to Prepare a Journal Article. Jasna Markovac, Molly Kleinman, Michael Englesbe, Medical and Scientific Publishing, Academic Press, 2018, Pages 81-92. ISBN 9780128099698 Lien
[2] Borja A. Writing the first draft of your science paper — some dos and don’ts. Elsevier Connect 2015. Lien
[3] Masic I. The importance of proper citation of references in biomedical articles. Acta Inform Med 2013 ; 21 (3) : 148-55. [PMID: 24167381] [PMCID: 3804522]
[4] International Committee of Medical Journal Editors. Uniform requirements for manuscripts submitted to biomedical journals. N Engl J Med 1997 ; 336 (4) : 309-15. [PMID: 8995096] En français
[5] King S. Écriture : Mémoires d’un métier. Le livre de poche, 01/12/2003.
[6] Riley DS, Barber MS, Kienle GS, et al. Recommandations CARE pour les études de cas : document d'explication et d'élaboration. J Clin Epidemiol 2017 ; 89 : 218-35. [PMID: 28529185]
[7] Tate RL, Perdices M, Rosenkoetter U, et al. The single-case reporting guideline in behavioural interventions (SCRIBE) 2016 statement. Neuropsychol Rehabil 2017 ; 27 (1) : 1-15. [PMID: 27499422] [PMCID: 5214372]
[8] Bahadoran Z, Mirmiran P, Kashfi K, et al. The principles of biomedical scientific writing: citation. Int J Endocrinol Metab 2020 ; 18 (2) : e102622. [PMID: 32636888] [PMCID: 7322669]
[9] Gustavii B. References. In: Gustavii B, editor. How to write and illustrate a scientific paper. Cambridge University Press; 2007. pp. 81–91.